Communiqué de presse du 17 mai 2019

Publication du livre du Collectif Vrije Keelbeek Libre ! :

« Ni prison, ni Béton
Contre la maxi-prison de Bruxelles et son monde »

ed. MaelstrÖm reEvolution

Rendez-vous ce soir au Garcia Lorca, rue des foulons 47-49,
pour investir dans le best seller :) à l’occasion de la soirée de lancement de
la revue (non moins best selleuse) "La Brèche "des amis de Genepi Belgique !

Elle devait ouvrir en 2016.
Il est probable qu’elle ne soit jamais opérationnelle.
Un grain de sable s’est glissé dans les rouages de la machine à détruire.
Le livre qui sort ce 17 mai 2019 revient sur six années de bataille citoyenne contre le projet de maxi-prison de Bruxelles-Haren.
319 pages de points de vues divers et convergents, qui tissent tranquillement la vision cohérente de mondes qui ne sont pas dominés par le béton, par l’enfermement de masse et l’autoritarisme.
Un livre d’action, qui constitue un jalon dans une bataille citoyenne débutée en 2012, et un appui pour la suite déjà bien commencée.
Un livre de témoignages, qui confirme matériellement que la volonté de vivre des vies bonnes et sensées ne s’arrête jamais, et qu’elle est le ferment de mondes souhaitables.
Un livre d’actualité, publié à la veille d’élections qui constituent une nouvelle occasion de remiser le projet toxique de maxi-prison aux oubliettes.

« La prison n’est pas un sujet sexy » paraitrait-il. Nombre d’élus s’abritent derrière cette formule pour ne pas prendre les risques pour lesquels ils ont été élus. Et s’engagent ainsi de facto à continuer sur la voie du pire carcéral. Des tueries de Liège au meurtre d’Anvers, des grèves des gardiens de prison aux condamnations internationales de la Belgique pour conditions de détention inhumaines, la prison, clé de voûte de notre système pénal dépassé, est en permanence au coeur de l’actualité. Aucun parti politique n’a pourtant le courage d’agir pour, enfin, sortir du désastre carcéral.

« Le Keelbeek est un terrain vague sans valeur » nous ont répété le PS, le MR, la NVA et la Régie des bâtiments. Sans vouloir voir et comprendre qu’il était en réalité un réservoir exceptionnel de biodiversité tout autant exceptionnelle, le dernier poumon vert de cette zone de la capitale, et un potentiel de résilience vital pour Bruxelles. Depuis, nos enfants ont marché par milliers pour le climat, sachant que leur vie est en jeu. Les scientifiques du monde entier ont alerté sur l’extinction massive des espèces en cours. Aucun parti politique, pourtant, n’a décidé de sauver le Keelbeek, qui pouvait l’être et qui peut toujours l’être.

« Nous sommes une démocratie moderne » répètent à tue-tête les politiciens qui font écran entre les citoyens et les multinationales qui n’hésitent pas à tout détruire pour augmenter la taille de leurs bénéfices. C’est ce que nous avons encore constaté en apprenant qu’un député fédéral, obtenant finalement le droit de consulter le contrat PPP de la maxi-prison, avait du laisser téléphone et stylo à l’entrée d’une salle surveillée, pour lire le contrat dans lequel tous les chiffres avaient été floutés. Ce contrat qui lie l’Etat belge aux multinationales de la maxiprison pour 25 ans, qui coutera environ 3 milliards d’euros entièrement financés par le contribuable, sans que ni la localisation, ni la taille, ni le coût, ni l’opportunité de cette maxiprison n’aient fait l’objet d’un débat public.

Pour s’éloigner autant de la raison, toutes les procédures démocratiques auront été actionnées par les partis politiques comme l’on tord le bras à un agresseur, celui du citoyen. Derrière le masque devenu transparent, chacun peut voir le visage de la brutalité des forces qui tentent de maintenir leur domination. Ce visage, ici et aujourd’hui, est celui du Keelbeek, où se sont rencontrées matériellement les pires pratiques des pouvoirs de l’argent-roi, de la politique mise à son service, au détriment des gens et de la nature.

Mais le Keelbeek est aussi le lieu de convergence de dynamiques citoyennes essentielles. En faveur du climat, de la nature sauvage, de l’agriculture urbaine, des alternatives à l’enfermement de masse, d’une justice réparatrice, de la démocratie refondée, de la solidarité vivante.

Ce livre, constitué a partir de documents issues des six ans de lutte compilé par le collectif : Vrije Keelbeek libre résulte de la confrontation de ces deux mondes. L’un qui craque de toutes parts et tente de tout entraîner dans sa propre dévastation. L’autre qui existe déjà, fort quoi qu’insuffisamment encore, et qui nous l’espérons trouvera dans ces pages de la matière pour gagner en puissance :
Ni prison, ni béton, des chicons
Contre la maxi-prison de Bruxelles et son monde
sortie mai 2019

Présentations publique le :
le 23 mai au cinéma Nova dans le cadre Plan B villes et prison
début juin à la Librairie par chemins

plus d’infos sur : http://niprisonnibetonlelivre.be/
contacts - commandes :
latincamille@hotmail.com
emilie.hardy.eh@gmail.com