Analyse de l’« Opération de com’ »

7/7 méga-prison à justifier ... 🔎

"Selon nos informations, les prisons de Saint-Gilles et Forest devraient définitivement fermer leurs portes dans le courant de l’année 2022. Et les 1200 détenus qui y sont incarcérés seraient transférés dans la toute nouvelle prison de Haren. Les derniers recours des riverains qui vivent dans cette portion de la commune de Bruxelles-Ville viennent à ce titre d’être rejetés par le Conseil d’État. De quoi prochainement soulager les Saint-Gillois et Forestois qui subissent les nuisances des deux établissements pénitentiaires." [1]

Et les Harenois ?

On refile la patate chaude aux voisins, et le problème est réglé ? Étonnant comme tout sens critique semble avoir déserté l’esprit de ce journaliste. A moins qu’il soit Saint-Gillois ou Forestois. Dans ce cas vraiment ce serait plus compréhensible, plus noble, plus objectif, plus « journalistique » disons.

Au fait il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’un chantier de la taille de celui de la mégaprison prend presque toujours du retard. Et aussi d’informer ce journaliste (c’est le monde à l’envers ma bonne dame, tout fout le camp, il faut informer les journalistes maintenant !) que la mégaprison devrait ouvrir de manière phasée.

Eh oui, Cafasso a déjà pris du retard avant même d’avoir commencé.
On se demande déjà quel sera le surcoût pour le contribuable !

Une ouverture phasée, cela veut dire que les unités de la mégaprison vont ouvrir les unes après les autres, pas toutes en même temps. Et à un rythme qui n’est pas déterminé pour l’instant.

Donc les prisons bruxelloises vidées en 2022, c’est à peu près aussi objectif que le calendrier du RER. Par ailleurs, dans le cas où ça intéresserait le journaliste de la retebe, on ne sait jamais, d’avoir un autre son de cloche que celui des lobbies de la mégaprison : d’autres actions en justice vont être initiées.

Ce que l’on propose aux Saint-Gillois et Forestois, c’est de ne pas soutenir la politique d’exclusion sociale renforcée qui consiste à évacuer les prisonniers majoritairement pauvres à la frontière de Bruxelles dans une mégaprison high-tech semi-privatisée, comme le propose le PS.

M. Roberti, bourgmestre de Forest, est d’accord. Il a raison, car la politique réductionniste (envoyer moins de gens en prison et les enfermer moins longtemps) qui seule permet de lutter contre la surpopulation carcérale, est une solution beaucoup moins onéreuse et beaucoup plus rapide à mettre en place qu’ouvrir une mégaprison qui ne sera jamais prête en 2022.

PNGPNG

Notes

[1article de la RTBf publié le vendredi 2 juin : lien