Pour un moratoire sur la construction de nouvelles prisons en Belgique

Le nombre de détenus en Belgique a doublé entre 1980 et les années 2000, passant de 5.000 à plus de 11.000. Cette inflation carcérale ne s’explique pas par l’explosion du crime et de la délinquance, qui sont restés stables . Il s’agit d’un tournant punitif et répressif, également pris par la plupart des pays européens au cours des années 1970 - 1980. Les gouvernements successifs y ont répondu par la construction de nouvelles prisons. En 30 ans, le nombre de cellules a augmenté de 176%.

Pendant la dernière décennie des nouvelles prisons ont été construites, prétendument pour lutter contre la surpopulation carcérale : à Ittre (2003), Hasselt (2005), Marche-en-Famenne (2013), Leuze-en-Hainaut (2014) et Beveren (2014). Pourtant, le taux de surpopulation des cellules en 2015 était encore de 10%. Un constat s’impose : plus on construit de prison, plus on les remplit.

Le gouvernement actuel annonce sa volonté d’en construire davantage : à Vresse-sur-Semois, à Lantin, à Verviers, à Leopoldsburg, à Wavre et à Paifve. Ainsi que les prisons de Haren et de Termonde, pour l’instant bloquées par la mobilisation des citoyens.

La construction d’une méga-prison à Haren est emblématique de la fuite en avant qui nous mène droit dans le mur. Elle devrait être la plus grande de Belgique, d’une superficie de 51.000 m² de bâtiments, et 15.000 m² de surfaces extérieures, et détruirait l’un des derniers grands espaces verts et arables de Bruxelles. Composée de huit entités, elle permettrait l’enfermement de 1200 détenus. Le coût total de cette seule mégaprison, sur les 25 années que prévoit le contrat du « partenariat-public-privé » négocié dans une complète opacité, est estimé à plus de 3 milliards d’euros .

Cette somme colossale engloutie dans les murs d’une seule prison n’est, bien entendu, plus disponible pour la Justice, qui est chroniquement sous-financée. Elle ne l’est pas non plus pour la prévention de la délinquance, ni pour la réinsertion des détenus. Il est désormais connu que la désocialisation qu’entraine la privation de liberté sur les détenus, la coupure d’avec leur famille et la société, l’absence de programme de suivi et d’accompagnement ont des effets dévastateurs sur leurs capacités à se réinsérer dans la société, à trouver un emploi, un logement.

En Belgique, environ 50% des détenus récidivent , témoignage de l’échec cuisant de la prison comme peine de justice. L’enfermement devait dissuader la délinquance, or, elle est parfois l’école du crime.

La construction des nouvelles prisons, et de la méga-prison de Haren en particulier, nous met devant un choix de société. Rappelons que les prisons sont avant tout des prisons pour les pauvres. Pas parce que les pauvres commettent plus de délits, mais parce qu’ils sont davantage condamnés tout au long de la chaîne pénale. Le constat dressé dans le dernier rapport 2016 de l’Observatoire international des prisons de Belgique est sans appel : « la plupart des détenus possèdent une position socioéconomique faible. La plupart n‘ont pas de diplôme. 30% seraient analphabètes, 45% n’auraient que leur CEB . Avec un parcours de vie empreint de ruptures avec les institutions premières d’inscription au sein de la société, que ce soit au niveau de la famille, de l’école ou du travail… » .

Pendant que des milliards sont engloutis dans les prisons du Masterplan, la pauvreté et la misère se sont aggravées à Bruxelles - huit des communes belges avec le plus bas revenu moyen du pays se trouvent toujours à Bruxelles - et aucune politique actuelle ne permet d’inverser cette tendance.

Nous n’avons pas besoin de plus de prisons, mais d’un projet de société qui donne une place digne à chacun, qui mette un terme à la misère et qui renforce les liens de solidarité. Plutôt qu’un énième « masterplan prisons, nous voulons un « masterplan justice et solidarité » capable d’offrir à tous un futur avec avenir.

Pour ces raisons, nous appelons à un moratoire immédiat sur la construction de toute nouvelle prison en Belgique. Nous appelons également à l’organisation d’états généraux citoyens de la prison pour tourner la page du désastre carcéral en cours.

1 [1]
2 [2]
3 [3]